Digital Citizen, ou le Citoyen Numérique, est une revue bimensuelle sur l’actualité, les politiques et les recherches sur les droits de l’homme dans le monde arabe

Hacking Team—une entreprise de sécurité informatique basée à Milan et qui produit des logiciels d’intrusion et de surveillance à l’intention des gouvernements, —a pendant longtemps constitué la bête noire des activistes numériques. Une analyse publiée en 2014 par le laboratoire citoyen de l’Université de Toronto, expliquant le fonctionnement du dit-logiciel , se fonde largement sur le recours présumé de l’Arabie Saoudite à ce programme pour viser et cibler des individus lors de manifestations se déroulant à l’époque à Qatif, un gouvernorat à l’est du pays.

Le 5 juillet dernier, les pirates ont été piratés. Le résultat? Une mine de quelques 400GB de documents prouvant entre autres que Hacking Team a vendu son logiciel à des gouvernements répressifs: des faits que l’entreprise avait reniés dans le passé.

“Pour les défenseurs des droits humains dans le monde Arabe ” et selon Abir Ghattas le piratage massif Hacking Team ne fait que confirmer ce qu’ils savaient déjà: Les régimes arabes —y compris la Tunisie, le Maroc, le Soudan, le Bahreïn, L’Egypte, et l’Arabie Saoudite Saudi—ont acquéri et souvent utilisé le système de contrôle à distance élaboré par Hacking Team, pour intimider les activistes. Les documents ont également révélé que la police et le ministère de la défense israéliens ont même envisagé d’acheter le logiciel.

Il faut dire que le débat sur le contrôle de l’exportation de ces technologies par les états où ces ces logiciels sont produits se poursuit depuis des années. Les partisans de cette théorie plaident pour une réglementation des exportation alors que ses adversaires estiment que des contrôles pareils regulations pourraient restreindre les libértés sur la toile . Une chose est sure et certaine: la Répression qui était auparavant l’affaire des gouvernements, est devenue une industrie à plusieurs millions de dollars. Les gouvernements, les futurs contrôleurs de ces outils y sont devenus les clients.

Algérie

L’unité policière spécialisée en cybercriminalité en Algérie, a interpellé et arrêté 27 Facebookeurs à Ghardaia, au sud du pays et ce sur fond d’accusations d’incitation à la violence et à la haine entre arabes et berbères sur bon nombre de pages Facebook comme“Ghardaia HD3”. Ces arrestations font suite à des affrontements entre ces deux communautés ethniques à Ghardaia au début du mois de juillet ayant engendré quelques 22 morts et une dizaine de blessés. La police affirme que les évidences récoltées prouvent que les derniers heurts ont été provoqués par un groupe de personne publiant rumeurs, mensonges et photos erronnées sur Facebook et d’autres forums en ligne.

Le 2 juillet, les autorités ont libéré Rachid Aouine, militant pour les droits des chômeurs, après 4 mois et demi en prison. Aouine a été arrêté en mars dernier et condamné à six mois derrière les barreaux pour “incitation à un attroupement non-armé” sur Facebook. L’appel de nature et tonalité ironique constituait une réponse à une annonce où les autorités mettaient en garde les policiers de prendre part aux manifestations. Aouine avait alors posté: “Policiers, pourquoi ne protestez-vous contre les décisions arbitraires contre vos collègues …, au lieu de réprimer les militants libres et ceux qui protestent contre le gaz de schiste ?

Bahreïn

Le militant pour les droits humains Nabeel Rajab a été remis en liberté le 13 juillet après avoir bénéficié d’une grâce royale . Rajab avait été arrêté à domicile le 2 avril dernier pour avoir dénoncé sur twitter, les abus dans la prison de Jaw dans son pays de même qu’il s’était exprimé contre l’offensive militaire saoudienne contre les rebelles Houthis au Yémen. Durant sa détention, un tribunal a confirmé un autre peine à son encontre où il est accusé d’insulter les institutions sécuritaires sur Twitter.

Le 11 juillet, le Bahreïn ont extradé le Koweïtien Yousef Shamlan Al-Essa à son pays d’origine. Al-Essa est accusé de“diffuser de fausses nouvelles” et de participer à des conversations sur un groupe WhatsApp “Fontas”. Le groupe accuse des juges du tribunal constitutionnel de recevoir des pots de vin.

Egypte

En vertu d’un projet de loi anti-terroriste, les journalistes en Egypte pourraient risquer au moins deux ans en prison si jamais ils signalent des statistiques non-officielles. L’Article 33 de la loi interdit la publication de “fausses nouvelles ou de données sur n’importe quelles opérations terroristes qui contrediraient la version officielle telle annoncée par les autorités compétentes”. Le projet de loi doit être avalisé par le président Abdel Fatah al-Sisi et a fait l’objet de nombreuses critiques par les groupes de défense des droits humains en Egypte.

Le 15 juillet, la police a perquisitionné les bureaux de Yaqeen News Network, et a arrêté son directeur Yahia Khalaf, ainsi qu’Ibrahim Abubaker, un autre employé du site. Les autorités ont également confisqué tous les dispositifs et équipements du réseau. Alors qu’ Abubaker a été remis en liberté, Khalaf lui demeure en prison.

Emirates Arabes Unis

Les Emirats ont emprisonné et expulsé l’artiste australienne Jodi Magi pour avoir publié sur facebook une photo d’une voiture garée entre deux places réservées aux handicapés, près de son appartement à Abou Dhabi. Magi qui a passé 53 heures en détention avant son explusion a éte jugée coupable de poster des propos insultants, dégradants sur les médias sociaux à propos d’une personne donnée.

Irak

Le gouvernement irakien a ordonné la suspension totale d’internet dans le pays, afin d’empêcher toute tentative de triche au bac officiel. Ce blocage a duré pendant 3 heures le 27 juin de 5 à 8h du matin. Une heure de panne a également été enregistrée le 29 juin, mais celle-ci pourrait être attribuée à des tests sur le réseau.

Jordanie

Ghazi Mrayat, journaliste au quotidien public Al-Rai, was a écopé de 15 jours en prison pour avoir enfreint un baillon relatif au déjouement d’un soi-disant complot terroriste soutenu par l’Iran. Selon le Comité pour la Protection des Journalistes, Al-Rai avait publié le 6 juillet sur son site web un article de Mrayat, alléguant qu’un suspect de nationalités norvégienne et irakienne avait été arrêté avec presque 100 livres d’explosifs. Le 8 juillet, le quotidien avait publié un suite à l’article également rédigé par Mrayat, fournissant plus de détails sur le suspect et sur le rôle de l’Iran dans le complot.

Liban

SMEX signale que les utilisateurs des téléphones portables au Libanon paient pour un service qu’ils n’ont pas sollicité, voir forcés de payer plus que le coût de ce service même afin de l’annuler. SMEX qui oeuvre pour la défense des droits numériques, conseille aux compagnies de télécom comment respecter leurs utilisateurs et comment préserver leur vie privée.

Annahar explique la lenteur d’internet au Liban en 22 facteurs. Le quotidien arabophone qui cite un responsable au sein de l’agence télecom publique Ogero Telecom, souligne que souvent la lenteur est associée au consommateur et non au fournisseur à savoir l’ancienneté de l’ordinateur; l’ouverture de plusieurs onglets et d’applications simultanément ou le fait de ne pas mettre à jour son PC.

Maroc

Le 2 juillet, un tribunal de première instance à Rabat, a ajourné le procès de Khalad Boubakri et d’Ibrahim Safi, tous deux journalistes au site d’information barlamane.com accusés de complicité dans un scandale de népotisme impliquant le Ministre de l’enseignement supérieur Lahcen Daoudi. Le dit ministre a porté plainte pour diffamation contre le site pour avoir publié des articles l’accusant d’abuser de sa position pour désigner des membres de son parti à des postes dans des universités marocaines.

Oman

Le militant Ahmed Al-Moghairi a passé trois semaines au cachot après son interpellation par les Forces de Sécurité Intérieures omanaises le 16 juin. Il a été libéré le 9 juillet. Le Gulf Center for Human Rights estime qu’Al-Moghairi a été emprisonné pour s’être prononcé contre la corruption et pour avoir plaidé sur les médias sociaux, pour des réformes démocratiques.

Palestine

Dans un récent billet, 972mag expose les doubles standards des autorités israéliennes pour ce qui est des discours d’incitations à la haine ou autre sur la toile. Alors que les palestiniens encourent souvent l’emprisonnement voire l’assignation à résidence pour des actes mineurs tels que le partage du logo du Front Populaire pour la Libération de la Palestine, les Israéliens eux n’encourent aucun risques pour “incitations racistes et haineuses sur Facebook” qui sont devenues choses assez courante. Selon 972mag, “même pas un seul israélien n’a été envoyé en prison pour avoir posté un statut sur les médias sociaux.” Dans ce contexte, l’article fait référence à l’affaire d’Uday Biyumi, jeune palestinien de 23 ans de Jérusalem, condamné à 17 mois en prison pour avoir publié sur Facebook des posts jugés “systématiques et larges.” Les auteurs notent également: “Le tribunal prend en considération en déterminant la peine de l’accusé, l’ampleur de l’exposition que ces statuts reçoivent.”

Syrie

Le 8 juillet, L“Armée électronique du Caliphe” affilié au groupe extrémiste ISIS, a piraté le site web de l’Observatoire syrien des droits de l’homme en menaçant son directeur its director, Rami Abdelrahman. L’Observatoire documente les violations des droits humains commis par toutes les parties impliquées dans le conflit en cours.

Tunisie

Noureddine Mbarki, éditeur-en-chef du site d’infos akherkhabaronline.com, est accusé de“complicité” en vertu de l’article 18 de la loi antiterroriste promulguée en 2003. Il est accusé de publier sur son site une photo montrant Seiffeding Rezgui, qui a perpétré l’attaque terroriste à Sousse, quittant une voiture tout juste avant de commettre son acte et de tuer 38 touristes le 26 juin dernier dans une station balnéaire. La photo publiée le 5 juillet a depuis été enlevée à la demande des autorités. Les procureurs enquêtent par ailleurs sur son origine et sur sa source.

Le 3 juillet, le gouvernement tunisien a retiré et sans aucune explication le projet de loi relatif à l’accès à l’information. Le document avait été présenté l’année dernière à l’assemblée nationale constituante dans l’attente de sa présentation à la séance plénière de l’assemblée du peuple pour une ratification finale. Article 19 décrit ce retrait comme un ‘’pas dans la mauvaise direction’’.

 

Nouvelles Recherches

 

  • Une étude récente indique que la violence étatique et l’arrêt d’internet vont de pair en Syrie.
  • Women Journalists Without Chains a publié un rapport documentant les violations à l’encontre de la liberté des médias au Yémen durant la première moitié de 2015.

 

Infos Diverses

  • Ces deux dernières semaines, les militants en faveur de la protection la vie privée sur internet, ont perdu deux de leurs défenseurs les plus farouches. Le britannique Caspar Bowden, qui a longtemps lutté pour l’égalité du droit à la vie privée sur internet est décédé le 9 juillet. Le militant turque Dr. Özgür Uçkan, co-fondateur du groupe pour les droits numériques Alternatif Bilisim, est quant à lui mort le 10 juillet.
  • Europol constituera une nouvelle unité européenne pour combattre la présence de l’Etat Islamique. Cettte équipe collaborera avec les plateformes sociales pour localiser et suspendre les comptés associés à l’Etat Islamique afin de fermer quelconque compte 2 heures aprés sa création .
  • Depuis cellule, Esraa Al-Taweel, militante égyptienne décrit les derniers jours avant son arrestation ainsi que son vécu derrière les barreaux depuis sa détention.
  • Mohamed ElTaher explique le pouvoir de la technologie RCS utilisée par les autorités égyptiennes et ce aprés les révélations sur l’affaire conclue entre le Hacking Team et le gouvernement égyptien pour acquérir cette technologie.
  • Rafik Dammak d’ICANN se penche sur le débat autour du système des noms de domaine DNS) en incitant les militant à s’impliquer dans ICANN.
  • Mohammed Tarakiyee contributeur écrit sur les pratiques féministes en sécurité numérique dans la région du MENA.
  • Les EAU et les EU ont lancé le centre Sawab pour combattre la propagande en ligne d l’Etat Islamique.

 

L’Actualité de nos partenaires

 

  • EFF a publié un rapport expliquant comment Microsoft Bing censure les résultats de recherche au Moyen-Orient.
  • Access a adressé une lettre aux authorités irakiennes les exhortant à ne plus bloquer internet dans le pays.

 

Notre calendrier des évènements

 

  • Le Forum de l’Internet à Stockholm se tiendra du 21 au 22 octobre 2015.

 

Digital Citizen est le fruit de la collaboration entre Advox, Access, EFF, Social Media Exchange, et 7iber.com. Pour ce mois, ceux sont Afef Abrougui, Fahmi Albaheth, Jessica Dheere, Mohamed ElGohary, Mohamad Najem, Dalia Othman, Courtney Radsch, Thalia Rahme, Hayat Rim Chaif, Mohammed Tarakiyee, Amira AlHussaini,et Jillian C. York qui ont pris soin de la recherche, l’édition et la rédaction de ce numéro traduit également vers l’arabe par Mohamed ElGohary et vers le français par Thalia Rahme.